03 February, 2023

Voici enfin tous les boisés recensés par Gérald Domon en 1979 sur une carte récente

Voici enfin tous les boisés recensés par Gérald Domon en 1979 sur une carte récente : http://bit.ly/3XV5NZs ! J’ai même trouvé des photos aériennes obliques de 1978 qui présentent le même territoire ! À travers ça, des photos aériennes de 1985 très précises ! En fouillant les onglets de la carte, vous remarquerez que plus de la moitié des boisés visités par M. Domon en 1979 ont disparu ! Certains sont toujours là, mais fortement dégradés, ou encore coupés de moitié, ou plus…

Chaque photo aérienne est indiquée par son angle de vue, de A à I. Aussi, chaque photo aérienne est accompagnée des descriptions des boisés qui y apparaissent.

Voici l’inventaire réalisé par Gérald Domon en 1979, hébergé sur mon Google Drive : http://bit.ly/3wyDmnY .
Domon, Gérald (1980). « Les boisés urbains du quartier Rivière-des-Prairies » (annexes I et II incluses). Ville de Montréal, Université de Montréal, 172 pages.

1) Voici enfin tous les boisés recensés par Gérald Domon en 1979 sur une carte récente

2) VUE A. Nous regardons vers le sud. Les boisés 37 à 42 (ici en vert) ont été les sujets principaux de mon livre numérique « La forêt de Pointe-aux-Trembles, de 1689 à aujourd’hui », disponible ici gratuitement : https://bit.ly/3F3dcgZ . Je vous invite donc vivement à le lire pour bien comprendre la flore extraordinaire de cette ancienne forêt !

2) VUE A.

3) VUE B. Nous regardons toujours vers le sud. Les boisés 34 à 40 (ici en vert) ont été les sujets principaux de mon livre numérique « La forêt de Pointe-aux-Trembles, de 1689 à aujourd’hui », disponible ici gratuitement : https://bit.ly/3F3dcgZ . Je vous invite donc vivement à le lire pour bien comprendre la flore extraordinaire de cette ancienne forêt !

Boisé 33 (en jaune orangé) : en 1979, c’était une érablière à chêne rouge ! J’ai visité ce boisé avec Charles L’Heureux : c’est un bijou de l’Est de Montréal ! Vraiment ! C’est une jeune érablière avec d’énormes chênes rouges ! Le boisé est agréable, bien aéré, mais drôlement situé ! Je vous invite à regarder cette vidéo de découvertes au boisé 33 : https://youtu.be/gDirb7qgox8 . Voici le projet d’inventaire iNaturalist : https://inaturalist.ca/projects/vestiges-des-boises-21-a-33-de-riviere-des-prairies

3) VUE B.

4) VUE C. Une vue exceptionnelle sur deux boisés extraordinaires, le 33 et le 34 !

Boisé 34 (en vert) : ce qui reste de ce boisé est aujourd’hui zoné «conservation» au Schéma d’aménagement et de développement de l’agglomération de Montréal.

Boisé 33 (en jaune orangé) : en 1979, c’était une érablière à chêne rouge ! J’ai visité ce boisé avec Charles L’Heureux : c’est un bijou de l’Est de Montréal ! Vraiment ! C’est une jeune érablière avec d’énormes chênes rouges ! Le boisé est agréable, bien aéré, mais drôlement situé ! Je vous invite à regarder cette vidéo de découvertes au boisé 33 : https://youtu.be/gDirb7qgox8 . Voici le projet d’inventaire iNaturalist : https://inaturalist.ca/projects/vestiges-des-boises-21-a-33-de-riviere-des-prairies

Boisé 32 : en 1979, c’était une ormaie d’Amérique. Le boisé a fortement été dégradé. Pour le peu qu’il en reste, on se retrouve devant une trop grande colonie de nerprun cathartique. À travers ça, il y a quelques jeunes ostryers de Virginie et caryers cordiformes provenant surement du boisé 33. Voici le projet d’inventaire iNaturalist : https://inaturalist.ca/projects/vestiges-des-boises-21-a-33-de-riviere-des-prairies

4) VUE C.

5) VUE D. Quel paysage magnifique ! Les secteurs du ruisseau Pinel étaient très boisés !

Boisé 34 (en vert) : le compte-rendu sur ce boisé fait partie de mon livre numérique « La forêt de Pointe-aux-Trembles, de 1689 à aujourd’hui », disponible ici gratuitement : https://bit.ly/3F3dcgZ .

Boisé 33 (en jaune orangé) : en 1979, c’était une érablière à chêne rouge ! J’ai visité ce boisé avec Charles L’Heureux : c’est un bijou de l’Est de Montréal ! Vraiment ! C’est une jeune érablière avec d’énormes chênes rouges ! Le boisé est agréable, bien aéré, mais drôlement situé ! Je vous invite à regarder cette vidéo de découvertes au boisé 33 : https://youtu.be/gDirb7qgox8 . Voici le projet d’inventaire iNaturalist : https://inaturalist.ca/projects/vestiges-des-boises-21-a-33-de-riviere-des-prairies

5) VUE D.

6) VUE E. Merci à Pierre Perrier d’avoir fait la recherche à propos de l’étrange bâtiment au 10 575, boulevard Henri-Bourassa ! C’était un entrepôt Shell d’huiles à moteur automatisé. Le système ayant mal fonctionné, l’entrepôt a été démoli. Je n’en sais pas plus !

Zone G : voir à la page 30 du document de M. Domon : http://bit.ly/3wyDmnY .

Boisé 27 : en 1979, c’était une ostryaie à érable à sucre ! Malheureusement, il ne reste aucune trace de cette flore ! La majeure partie du boisé a été détruite. Ce qui colonise maintenant cette zone : orme de Sibérie, érable à Giguère, olivier de Bohême et peuplier deltoïde… Par contre, grâce à la découverte de Patrick Boiclair, nous savons qu’il persiste une flore très intéressante dans l’énorme fossé adjacent à la voie ferrée, un peu à l’est du boisé. On y trouve du caryer cordiforme, de l’érable à sucre et du tilleul d’Amérique ! Voici la vidéo d’exploration : https://youtu.be/uyiZrfBDt_M . Voici le projet d’inventaire iNaturalist : https://inaturalist.ca/projects/vestiges-des-boises-21-a-33-de-riviere-des-prairies

Boisé 28 : en 1979, c’était une tillaie à érable à sucre. Plus de la moitié de ce boisé a été détruit. Ce qui en reste est sur le terrain de Shell Canada et est inaccessible, bien protégé par une haute clôture avec barbelée. Plusieurs pancartes d’avertissement et des caméras aux lampadaires !

Boisé 29 : en 1979, c’était une ormaie à ostryer. Le boisé est sur le terrain de Shell Canada et est inaccessible, bien protégé par une haute clôture avec barbelée. Plusieurs pancartes d’avertissement et des caméras aux lampadaires ! Mais ce que je peux en voir du boulevard Henri-Bourassa est très intéressant ! Il y a plusieurs grands érables à sucre, quelques chênes à identifier et possiblement de l’ostryer de Virginie ! Est-ce que Shell accepterait que je visite ce boisé avec M. Domon ? Voici le projet d’inventaire iNaturalist : https://inaturalist.ca/projects/vestiges-des-boises-21-a-33-de-riviere-des-prairies

Boisé 30 : en 1979, ce boisé était composé d’orme d’Amérique, de tilleul d’Amérique, d’érable argenté et d’ostryer de Virginie. Il reste peut-être quelques vestiges de ce boisé, mais la zone semble inaccessible. Voici le projet d’inventaire iNaturalist, si le coeur vous en dit : https://inaturalist.ca/projects/vestiges-des-boises-21-a-33-de-riviere-des-prairies

6) VUE E.

7) VUE F. Le boulevard Maurice-Duplessis n’existe pas en 1978. On peut voir l’énorme entrepôt automatisé de Shell, qui a été démoli depuis.

Zone G : voir à la page 30 du document de M. Domon : http://bit.ly/3wyDmnY .

Boisés 26 et 27 : en 1979, c’était une ostryaie à érable à sucre ! Malheureusement, il ne reste aucune trace de cette flore ! La majeure partie des boisés a été détruite. Ce qui colonise maintenant cette zone : orme de Sibérie, érable à Giguère, olivier de Bohême et peuplier deltoïde… Par contre, grâce à la découverte de Patrick Boiclair, nous savons qu’il persiste une flore très intéressante dans l’énorme fossé adjacent à la voie ferrée, un peu à l’est des boisés. On y trouve du caryer cordiforme, de l’érable à sucre et du tilleul d’Amérique ! Voici la vidéo d’exploration : https://youtu.be/uyiZrfBDt_M . Voici le projet d’inventaire iNaturalist : https://inaturalist.ca/projects/vestiges-des-boises-21-a-33-de-riviere-des-prairies

Boisé 28 : en 1979, c’était une tillaie à érable à sucre. Plus de la moitié de ce boisé a été détruit. Ce qui en reste est sur le terrain de Shell Canada et est inaccessible, bien protégé par une haute clôture avec barbelée. Plusieurs pancartes d’avertissement et des caméras aux lampadaires !

Boisé 29 : en 1979, c’était une ormaie à ostryer. Le boisé est sur le terrain de Shell Canada et est inaccessible, bien protégé par une haute clôture avec barbelée. Plusieurs pancartes d’avertissement et des caméras aux lampadaires ! Mais ce que je peux en voir du boulevard Henri-Bourassa est très intéressant ! Il y a plusieurs grands érables à sucre, quelques chênes à identifier et possiblement de l’ostryer de Virginie ! Est-ce que Shell accepterait que je visite ce boisé avec M. Domon ? Voici le projet d’inventaire iNaturalist : https://inaturalist.ca/projects/vestiges-des-boises-21-a-33-de-riviere-des-prairies

Boisé 30 : en 1979, ce boisé était composé d’orme d’Amérique, de tilleul d’Amérique, d’érable argenté et d’ostryer de Virginie. Il reste peut-être quelques vestiges de ce boisé, mais la zone semble inaccessible. Voici le projet d’inventaire iNaturalist, si le coeur vous en dit : https://inaturalist.ca/projects/vestiges-des-boises-21-a-33-de-riviere-des-prairies

7) VUE F.

8) VUE G. D’après vous, quelle était l’entreprise à l’intersection de l’avenue Broadway Nord et du boulevard Henri-Bourassa en 1985 ? J’ai épluché quelques Lovell, je ne trouve rien. D’après ce que je vois de l’agrandissement, ça semble être une cimenterie. On voit aussi la tour de cette entreprise sur la VUE H.

Boisé 21 : en 1979, c’était une frênaie rouge à érable argenté. Il reste peut-être quelques vestiges de ce boisé. Voici le projet d’inventaire iNaturalist, si le coeur vous en dit : https://inaturalist.ca/projects/vestiges-des-boises-21-a-33-de-riviere-des-prairies

Boisé 22 : en 1979, ce boisé était composé de caryer cordiforme et de chêne bicolore ! Malheureusement, il ne reste plus que deux chênes à gros fruits de ce vieux boisé ! Triste ! La partie ouest du boisé est devenue une friche avec quelques peupliers deltoïdes.

Boisé 23 : en 1979, ce boisé était composé de caryer cordiforme et de tilleul d’Amérique. Il reste peut-être quelques vestiges de ce boisé. Voici le projet d’inventaire iNaturalist, si le coeur vous en dit : https://inaturalist.ca/projects/vestiges-des-boises-21-a-33-de-riviere-des-prairies

Boisé 24 : en 1979, ce boisé était composé de tilleul d’Amérique et de frêne rouge. Depuis, le boisé a fortement été dégradé, on n’en retrouve plus que le quart de manière éparse. De plus, on y trouve une énorme colonie d’herbe à puce ! Donc, les arbres de ce minuscule boisé sont couverts d’herbe à puce, de vigne des rivages et d’autres espèces de vignes ! C’est très intimidant, difficile de s’y promener ! On y retrouve encore quelques rares tilleuls d’Amérique, un bouquet de chênes à gros fruits, des vinaigriers et des peupliers deltoïdes. Voici le projet d’inventaire iNaturalist : https://inaturalist.ca/projects/vestiges-des-boises-21-a-33-de-riviere-des-prairies

Boisé 26 : en 1979, c’était une ostryaie à érable à sucre ! Malheureusement, il ne reste aucune trace de cette flore ! La majeure partie du boisé a été détruite. Ce qui colonise maintenant cette zone : orme de Sibérie, érable à Giguère, olivier de Bohême et peuplier deltoïde… Par contre, grâce à la découverte de Patrick Boiclair, nous savons qu’il persiste une flore très intéressante dans l’énorme fossé adjacent à la voie ferrée, un peu à l’est du boisé. On y trouve du caryer cordiforme, de l’érable à sucre et du tilleul d’Amérique ! Voici la vidéo d’exploration : https://youtu.be/uyiZrfBDt_M . Voici le projet d’inventaire iNaturalist : https://inaturalist.ca/projects/vestiges-des-boises-21-a-33-de-riviere-des-prairies

8A) VUE G.
8B) VUE G, AGRANDISSEMENT.

9) VUE H. On voit une tour au loin, sous la typo rouge : je crois que c’est une cimenterie. D’après vous, quelle était l’entreprise à l’intersection de l’avenue Broadway Nord et du boulevard Henri-Bourassa en 1978 ?

Boisé 21 : en 1979, c’était une frênaie rouge à érable argenté. Il reste peut-être quelques vestiges de ce boisé. Voici le projet d’inventaire iNaturalist, si le coeur vous en dit : https://inaturalist.ca/projects/vestiges-des-boises-21-a-33-de-riviere-des-prairies

Boisé 22 : en 1979, ce boisé était composé de caryer cordiforme et de chêne bicolore ! Malheureusement, il ne reste plus que deux chênes à gros fruits de ce vieux boisé ! Triste ! La partie ouest du boisé est devenue une friche avec quelques peupliers deltoïdes.

Boisé 23 : en 1979, ce boisé était composé de caryer cordiforme et de tilleul d’Amérique. Il reste peut-être quelques vestiges de ce boisé. Voici le projet d’inventaire iNaturalist, si le coeur vous en dit : https://inaturalist.ca/projects/vestiges-des-boises-21-a-33-de-riviere-des-prairies

Boisé 24 : en 1979, ce boisé était composé de tilleul d’Amérique et de frêne rouge. Depuis, le boisé a fortement été dégradé, on n’en retrouve plus que le quart de manière éparse. De plus, on y trouve une énorme colonie d’herbe à puce ! Donc, les arbres de ce minuscule boisé sont couverts d’herbe à puce, de vigne des rivages et d’autres espèces de vignes ! C’est très intimidant, difficile de s’y promener ! On y retrouve encore quelques rares tilleuls d’Amérique, un bouquet de chênes à gros fruits, des vinaigriers et des peupliers deltoïdes. Voici le projet d’inventaire iNaturalist : https://inaturalist.ca/projects/vestiges-des-boises-21-a-33-de-riviere-des-prairies

Boisé 25 : en 1979, ce boisé était composé de frêne rouge et de caryer cordiforme. Il reste peut-être quelques vestiges de ce boisé. Voici le projet d’inventaire iNaturalist, si le coeur vous en dit : https://inaturalist.ca/projects/vestiges-des-boises-21-a-33-de-riviere-des-prairies

Boisés 26 et 27 : en 1979, c’était une ostryaie à érable à sucre ! Malheureusement, il ne reste aucune trace de cette flore ! La majeure partie des boisés a été détruite. Ce qui colonise maintenant cette zone : orme de Sibérie, érable à Giguère, olivier de Bohême et peuplier deltoïde… Par contre, grâce à la découverte de Patrick Boiclair, nous savons qu’il persiste une flore très intéressante dans l’énorme fossé adjacent à la voie ferrée, un peu à l’est des boisés. On y trouve du caryer cordiforme, de l’érable à sucre et du tilleul d’Amérique ! Voici la vidéo d’exploration : https://youtu.be/uyiZrfBDt_M . Voici le projet d’inventaire iNaturalist : https://inaturalist.ca/projects/vestiges-des-boises-21-a-33-de-riviere-des-prairies

Zone G : voir à la page 30 du document de M. Domon : http://bit.ly/3wyDmnY .

9) VUE H.

10) VUE I. Boisé 12 : en 1979, c’était une érablière argentée à peuplier baumier. L’érablière argentée est toujours là ! J’y ai même trouvé des charmes de Caroline et des érables à suce ! Après recherche et analyse du cadastre et de la règlementation, la majeure partie du boisé appartient à Immeubles Panache. Par contre, le PIIA de protection des zones boisées s'applique : https://www1.ville.montreal.qc.ca/CartesInteractives/rdp-pat/Doc/PIIA/Section10.pdf . C’est donc une bonne nouvelle, mais il faut rester vigilant ! À voir ici, la vidéo d’exploration du boisé 12 : https://youtu.be/FxhuxzOWdYQ

10) VUE I.

11) ARTICLE J. Boisé 2 et zone d’intérêt C : en 1979, c’était une érablière argentée avec des saules noirs. Selon Domon (1980) : « En plus de la communauté boisée, l’île comprend une prairie humide (dominée par la [muhlenbergie du Mexique, indigène]) qui présente un nombre important d’éléments caractéristiques des rivages argileux de la partie sud du fleuve Saint-Laurent. On comprendra que les deux communautés forment un ensemble unique à Rivière-des-Prairies et peu fréquent au Québec. ». Malheureusement, le projet domiciliaire avorté des frères Argento en 1980-1981 viendra saccager une bonne partie de la végétation de l’île. Aussi, noter que l’île qui se nommait avant Rochon se nomme maintenant Lapierre.

Source de l’image : Laberge, Y. (1981, 4 février). « L’île Rochon, une étude recommande à la ville d’en faire l’acquisition ». La Presse, page D14 : https://collections.banq.qc.ca/ark:/52327/2293846

Voici l’inventaire réalisé par Gérald Domon en 1979, hébergé sur mon Google Drive : http://bit.ly/3wyDmnY .
Domon, Gérald (1980). « Les boisés urbains du quartier Rivière-des-Prairies » (annexes I et II incluses). Ville de Montréal, Université de Montréal, 172 pages.

11) ARTICLE J.

Posted on 03 February, 2023 12:24 by renard_frak renard_frak | 12 observations | 0 comments | Leave a comment

30 January, 2023

Renard frak dans la tempête au boisé 12 ! Haha !

Pour voir le boisé 12 sur une carte récente : http://bit.ly/3RdGqjb
Pour voir l’inventaire de 1979 de M. Domon : http://bit.ly/3wyDmnY
Enfin, voici l’inventaire récent : https://inaturalist.ca/projects/vestiges-des-boises-11-a-19-de-riviere-des-prairies-incluant-le-bois-d-anjou

Posted on 30 January, 2023 14:59 by renard_frak renard_frak | 10 observations | 0 comments | Leave a comment

23 January, 2023

La forêt de Rivière-des-Prairies—Pointe-aux-Trembles

Je vous présente la forêt de Rivière-des-Prairies—Pointe-aux-Trembles telle que vue sur les photos aériennes d’Archives de la Ville de Montréal de 1947-1949 ! Bien sûr, même dans les années 1940, la forêt était morcelée : plusieurs terres agricoles étaient laissées en friche. D’après mes recherches et les anciens inventaires, on peut supposer que c’était une immense érablière de 504 hectares (ou 5 km carrés) ! Une immense forêt qui s’étendait du Bois-de-la-Réparation au Bois-d’Anjou ! En théorie, ce territoire était composé principalement d’érable à sucre et d’érable noir, accompagné de caryer cordiforme, de caryer ovale, de chêne rouge, de chêne à gros fruits, de chêne bicolore, d’ostryer de Virginie, de charme de Caroline, d’orme liège, etc.

Pendant près d’un an, j’ai exploré le secteur du Bois-de-la-Réparation (ce que je nomme la forêt de Pointe-aux-Trembles). J’ai d’ailleurs écrit un livre numérique à ce sujet : https://bit.ly/3F3dcgZ . Aux endroits où le sol n’avait pas été modifié (ou très peu), la vieille forêt persistait toujours ! Fascinant ! Malheureusement, aux endroits où le sol avait été nivelé, compacté et minéralisé, c’était des ensembles de végétaux complètement différents qui y poussaient. J’y ai rencontré principalement du nerprun cathartique, du peuplier deltoïde, du peuplier faux-tremble, du frêne rouge, de l’érable à Giguère, de l’orme de Sibérie, etc.

Je poursuis donc la recherche plus à l’ouest : je suis très curieux de savoir si la vieille forêt a aussi persisté dans Rivière-des-Prairies ! Accompagnés de Patrick Boisclair et de Charles L’Heureux, nous allons arpenter le territoire pendant les prochains mois ! Vous aimeriez vous joindre à nous ? Voici le projet iNaturalist qui encadre les projets d’inventaire de ce grand territoire : http://bit.ly/3iYy1U2 . La zone de recherche est un peu plus grande que la superficie de l’ancienne forêt, puisque j’y ai ajouté les secteurs qui se sont végétalisés naturellement depuis les années 1940.

Voilà ! Aujourd’hui, je vous présente un diaporama de 12 images : des photos anciennes que j’ai colorisées, des anecdotes croustillantes tirées d’anciens journaux et des photos aériennes qui comparent le passé et le présent ! Ne vous gênez pas pour commenter et partager allègrement ce travail de recherche, merci !

La forêt de Rivière-des-Prairies—Pointe-aux-Trembles

2) Les vaches de la ferme Ernest Roy à Rivière-des-Prairies en 1950 ! Attention, ce n’est pas l’originale, j’ai agrandi et colorisé l’image à l’aide d’intelligence artificielle ! Je vous montre ça, puisque la rangée d’arbres à gauche était possiblement un vestige de l’ancienne forêt. Aussi, je vois un grand orme d’Amérique complètement à droite, au loin.

Les vaches de la ferme Ernest Roy à Rivière-des-Prairies en 1950 !

3) Ici, c’est davantage pour vous montrer ce qu’avait l’air le boulevard Henri-Bourassa dans les années 1930, car les historiens amateurs ne s’entendent pas sur la position exacte du cliché. Il y a trois théories : c’est possiblement la rue Kelly (plus tard le boulevard Henri-Bourassa) dans Ahuntsic, ou le boulevard Perras près de Montréal-Nord, ou encore le boulevard Décarie… Encore une fois, ce n’est pas la photo originale, j’ai l’ai trafiqué ! C’est bien plus pour vous mettre dans l’ambiance !

Le boulevard Henri-Bourassa dans les années 1930

4) Petit extrait de la flore qui colonise ce très grand territoire. On y retrouve autant de l’indigène que de l’exotique. On y découvre autant de la flore de plein soleil que de sous-bois riche !

Aubépine subsoyeuse : indigène, aime le soleil près du boulevard Henri-Bourassa. Caryer cordiforme : indigène, grand arbre qui aime les sols riches, comme un très très vieux fossé près de l’avenue Marien (surement la hauteur du sol des années 1940). Olivier de Bohême : introduit, un arbre étrange qui pousse sur les sols compactés et minéralisés, près de la pépinière Mucci. Renoncule à bec recourbé : indigène, une magnifique plante qui aime le sous-bois riche du parc-nature du Bois-d’Anjou !

Petit extrait de la flore qui colonise ce très grand territoire.

5) Puisque le territoire est très grand, je l’ai subdivisé en trois zones de recherche. À l’est, en vert, la zone du Bois-de-la-Réparation qui a déjà été le sujet d’une livre numérique que voici : https://bit.ly/3F3dcgZ . Au centre, en bleu, la zone de la forêt de Rivière-des-Prairies, dont les boisés à étudier sont décrits ici dans ce projet iNaturalist : http://bit.ly/3ZU2XW3 . Enfin, à l’ouest, en jaune, la zone du Bois-d’Anjou dont la recherche s’amorcera surement au printemps. Voici le projet iNaturalist pour ce secteur : http://bit.ly/3j34FDN .

Puisque le territoire est très grand, je l’ai subdivisé en trois zones de recherche.

6) La ferme Ernest Roy de Rivière-des-Prairies en 1945 ! Il est tout à fait plausible que la longue ligne d’arbres à l’horizon soit la forêt de Rivière-des-Prairies—Pointe-aux-Trembles ! Attention, ce n’est pas l’originale, j’ai agrandi et colorisé l’image à l’aide d’intelligence artificielle ! D’ailleurs, remarquez que j’ai utilisé exactement les mêmes nuages que pour la photo de la rue Kelly en 1931 ! Haha !

La ferme Ernest Roy de Rivière-des-Prairies en 1945 !

7) Une drôle d’anecdote de 1951, qui heureusement s’est tout de même bien terminé. C’est digne d’une comédie : le gag classique de l’avion qui percute un poulailler ! Avec les poules qui s’envolent dans une explosion de plumes ! Haha ! « Son avion alla finalement s’arrêter sur un poulailler de la ferme [...] les occupantes s’échappèrent dans un piaillement d'enfer. ». Les journalistes de La Patrie étaient reconnus pour faire dans le sentionnalisme ! J’ai des doutes… Ça ne s’est surement pas passé exactement comme ça, mais ça fait une sacrée bonne histoire ! Remarquez que l’action se passe sur la ferme Ernest Roy !

Une drôle d’anecdote de 1951

8) Le secteur du Bois-d’Anjou en 1947 et aujourd’hui ! Outre le parc-nature du Bois-d’Anjou, il ne reste pas grand-chose de l’ancienne forêt dans ce secteur ! C’est le plus dégradé, le plus perturbé. Nous allons tout de même y faire un inventaire iNaturalist : http://bit.ly/3j34FDN . Inventaire qui est tout de même bien entamé, grâce à l’intérêt croissant des citoyens envers le parc-nature du Bois-d’Anjou. Notez que la numérotation des boisés est inspirée d’un rapport d’inventaire* réalisé par Gérald Domon en 1979.

Le parc-nature du Bois-d’Anjou : c’est un territoire qui appartient à la Ville de Montréal, qui est zoné «conservation», mais qui n’est pas aménagé. C’est justement grâce à ce refus d’y créer des aménagements que l’endroit est resté sauvage. Ça épargne l’endroit du piétinement à outrance, qui pourrait détruire cette zone marécageuse très boisée. C’est que le citoyen, en général, lorsqu’il veut s’amuser, ça lui prend de la place, faut qu’il investisse les lieux ! Seulement regarder la nature, seulement rester dans les petits sentiers sans rien toucher, c’est plate ! Faut absolument se créer un jeu en groupe, tiens le «Disc Golf» dans les arbres ! Le citoyen, il paye des taxes, il a le droit ! Ça lui appartient ! Le bois aussi ? Le bois aussi ! Alors, on bûche des espèces rares pour se faire un feu ! Pourquoi pas après tout ! C’est à lui, ce citoyen, juste à lui, à ce payeur de taxes ! Juste à lui ! « Y’ai l’douâââââ ! »

  • Domon, Gérald (1980). «Les boisés urbains du quartier Rivière-des-Prairies». Ville de Montréal, Université de Montréal.

1947 : boisés 11 à 19 de Rivière-des-Prairies, incluant le Bois-d’Anjou
2023+1979 : Vestiges des boisés 11 à 19 de Rivière-des-Prairies, incluant le Bois-d’Anjou

9) Ça fait beaucoup trop longtemps que ça sent le «yable» dans certains secteurs de Rivière-des-Prairies ! Aujourd’hui c’est Sanimax… En 1969, c’était la Longueuil Meat, les abattoirs Saint-Hilaire et le dépotoir John Jacko qui empestaient ! «L’école Notre-Dame de Fatima devra fermer aussi ses portes, les jours où la Longueuil Meat fera brûler des plumes de poules, affirme son principal. Actuellement, on ne ferme que les fenêtres pour ne pas que les élèves s’asphyxient ou vomissent.» Tabarouette !

Ça fait beaucoup trop longtemps que ça sent le «yable» dans certains secteurs de Rivière-des-Prairies !

10) Ah oui ! On en a coupé de la forêt au nom du «progrès» et de «l’économie faut que ça roule» ! Ici, une revue de presse sur l’asphalte électoral, du boulevard Leduc, qui deviendra le boulevard Henri-Bourassa, jusqu’à Anjou! Heureusement, le maire Bourque arrive en 1995 pour essayer de reboiser la catastrophe environnementale. Je sais que les grands médias vous ont toujours fait passer ça comme «normal», comme «l’avenir», comme «on n’a pas le choix, faut que ça roule !»… Et c’est encore le cas ! Mais en fait, non, c’est très grave et insensé ce type de choix économique ! À force de faire ces choix, basé sur «l’économie, faut que ça roule», on est à se tuer, l’humanité. «Bah c’n’est pas si grave, ce n’était qu’un p’tit bout de forêt ! Pis faut bien qu’il passe mon camion, je dois livrer ce métal, c’est ma job !» Oui, oui, c’est ce que l’on nous laisse croire… Effectivement, que l’on n’a pas le choix… C’est p’tête le système au complet qui n’est pas viable ? Non ?

Revue de presse. À gauche : La Presse, 21 mai 1994. À droite, en haut : La Presse, 21 novembre 1960 ; au centre, Le Devoir, 21-22 mai 1994 ; en bas, Le Devoir, 6 mars 1995.

Revue de presse sur l’asphalte électoral

11) Je félicite ici l’Institut Pinel d’avoir conservé une très grande partie du boisé sur lequel l’hôpital s’est installé. On aurait pu tout raser, c’était très à la mode à l’époque ! D’ailleurs, les boisés qui sont sur le terrain de l’Établissement de détention de Rivière-des-Prairies appartenaient à l’origine à l’Institut Pinel. Aussi, certains des boisés appartenant jadis à l’Institut Pinel, appartiennent aujourd’hui à la Ville de Montréal et sont zonés «conservation». Merci ! La Presse, 16 août 1967.

Je félicite ici l’Institut Pinel

Posted on 23 January, 2023 22:27 by renard_frak renard_frak | 4 observations | 0 comments | Leave a comment

21 January, 2023

La trame verte et bleue de l’Est

Le document est maintenant disponible à BAnQ numérique : https://collections.banq.qc.ca/ark:/52327/4546535

C’était la dernière partie de la série «Sur le bord du ruisseau de la Grande-Prairie» ! En espérant que ça vous a plu ! Merci !

Posted on 21 January, 2023 16:13 by renard_frak renard_frak | 0 comments | Leave a comment

19 January, 2023

Nouveau projet iNaturalist : Vestiges des boisés 11 à 19 de Rivière-des-Prairies, incluant le Bois-d’Anjou

https://inaturalist.ca/projects/vestiges-des-boises-11-a-19-de-riviere-des-prairies-incluant-le-bois-d-anjou

Zone de recherche en lien avec l’étude publiée en 1980 par Gérald Domon : Les boisés urbains du quartier Rivière-des-Prairies. J’ai aussi inclus les zones qui se sont végétalisées depuis 1980. Tristement, il ne reste que deux boisés étudiés par M. Domon en 1979. Même les milieux humides de la zone D sont disparus. Du moins, je crois, car c’est devenu un immense talus…

J’ai aussi inclus dans la zone de recherche une partie du parc-nature du Bois-d’Anjou, car en 1947, ces boisés formaient un ensemble : une forêt morcelée ! D’ailleurs, cette forêt s’étendait du Bois-d’Anjou au Bois-de-la-Réparation ! L’exercice est d’y trouver des traces de l’ancienne forêt !

https://inaturalist.ca/projects/vestiges-des-boises-11-a-19-de-riviere-des-prairies-incluant-le-bois-d-anjou

1) En 1947, il est évident qu’un bout de forêt avait été coupé par le boulevard Henri-Bourassa. L’exercice est d’y trouver des traces de l’ancienne forêt (tel que des érables à sucre, des caryers, des chênes, des ostryers, etc.) ! D’ailleurs, pourquoi cette grande zone boisée avait été conservée ? Pourquoi ce n’était pas des terres agricoles, comme partout ailleurs ? Quelqu’un peut m’expliquer ?

1947 : boisés 11 à 19 de Rivière-des-Prairies, incluant le Bois-d’Anjou

2) La zone de recherche, de nos jours…

2023 : Vestiges des boisés 11 à 19 de Rivière-des-Prairies, incluant le Bois-d’Anjou

3) Carte récente avec les types de communautés étudiés par Gérald Domon en 1979.

Cette zone de recherche est en lien avec l’étude publiée en 1980 par Gérald Domon : Les boisés urbains du quartier Rivière-des-Prairies. J’ai aussi inclus les secteurs qui se sont végétalisés depuis 1980. De plus, j’ai créé un chevauchement avec le projet iNaturalist « Vestiges des boisés 21 à 33 de Rivière-des-Prairies », puisque les limites ne sont pas claires et précises. Voici le projet : https://inaturalist.ca/projects/vestiges-des-boises-21-a-33-de-riviere-des-prairies

2023+1979 : Vestiges des boisés 11 à 19 de Rivière-des-Prairies, incluant le Bois-d’Anjou

Posted on 19 January, 2023 18:26 by renard_frak renard_frak | 0 comments | Leave a comment

17 January, 2023

Comment fonctionne iNaturalist ?

C’est avant tout une communauté ! Venez m’aider svp, merci !
Mon iNaturalist : http://bit.ly/3CSDtP5
Mon livre basé sur des observations iNaturalist : https://bit.ly/3F3dcgZ

Posted on 17 January, 2023 12:34 by renard_frak renard_frak | 8 observations | 0 comments | Leave a comment

10 January, 2023

Nouveau projet de recherche iNaturalist : Vestiges des boisés 21 à 33 de Rivière-des-Prairies

Nouveau projet de recherche ! Haha ! Je n’en ferai pas un livre cette fois. Du moins, je ne crois pas, mais on verra. Je m’intéresse maintenant à une zone plus à l’ouest de ce dont je vous parle depuis un an ! Hihi ! Donc, à l’ouest des vestiges de la forêt de Pointe-aux-Trembles, quadrilatère des boulevards Henri-Bourassa, Maurice-Duplessis, Saint-Jean-Baptiste et Rivière-des-Prairies. Je ne connais pas ce secteur, outre le fait que la végétation y est très dégradée. Mais je serais bien curieux de voir le boisé privé sur le terrain de Shell Canada ! Même de loin, ça l’air intéressant ! Donc, si quelqu’un dans mes amis a des anecdotes historiques pour ce secteur, dans les années 1950-1960, ça serait vraiment bien de les rendre publiques. Peut-être que quelqu’un ici connait l’histoire du ruisseau Pinel, qui a été fortement manipulé dans ce secteur ? Peut-être que quelqu’un a déjà vu les chênes bicolores près de l’avenue Broadway et du boulevard Henri-Bourassa dans les années 1960 ?

Donc, cette zone de recherche est en lien avec l’étude publiée en 1980 par Gérald Domon : Les boisés urbains du quartier Rivière-des-Prairies. J’ai aussi inclus les secteurs qui se sont végétalisés depuis 1980. De plus, j’ai créé un chevauchement avec le projet iNaturalist « Vestiges de la forêt de Pointe-aux-Trembles… », puisque les limites ne sont pas claires et précises. Voici le projet : https://inaturalist.ca/projects/vestiges-des-boises-21-a-33-de-riviere-des-prairies

En 1947, il est évident qu’un bout de forêt avait été coupé par le boulevard Henri-Bourassa. L’exercice est d’y trouver des traces de l’ancienne forêt (tel que des érables à sucre, des caryers, des chênes, des ostryers, etc.) ! D’ailleurs, pourquoi cette grande zone boisée avait été conservée ? Pourquoi ce n’était pas des terres agricoles, comme partout ailleurs ? Quelqu’un peut m’expliquer ? En 1962, des voies ferrées s’ajoutent et le passage des lignes à haute tension est préparé. Dans les années 1970, on utilisera la zone G comme site d’enfouissement. C’est d’ailleurs un secteur qui est encore très délabré, avec plusieurs déchets secs de gros volumes qui dépassent du sol…

La première expédition sera dans le secteur du boisé 33, pour voir si l’érablière à chêne rouge subsiste toujours ! Ensuite, je chercherai, surement avec Patrick Boisclair, les possibles chênes bicolores des boisés 21 et 22… Pour ce qui en reste !

1947 : Vestiges des boisés 21 à 33 de Rivière-des-Prairies

1962 : Vestiges des boisés 21 à 33 de Rivière-des-Prairies

2023 : Vestiges des boisés 21 à 33 de Rivière-des-Prairies

Carte récente avec les zones étudiées par Gérald Domon en 1979.

Carte récente avec les types de communautés étudiés par Gérald Domon en 1979.

Posted on 10 January, 2023 19:21 by renard_frak renard_frak | 0 comments | Leave a comment

28 December, 2022

Conférence La création du parc-nature : quelle est la vision ? — Mobilisation 6600 parc-nature MHM

Avec Anaïs Houde et François Plourde (Renard frak) pour Mobilisation 6600 parc-nature MHM, 3 décembre 2022 au bristro Le Ste-Cath.
Merci au bistro Le Ste-Cath et Olland Snyder pour la captation vidéo. Merci à Jean-Félix Chénier pour l’organisation de l’événement.

Posted on 28 December, 2022 13:36 by renard_frak renard_frak | 0 comments | Leave a comment

23 December, 2022

La 3000e observation de Renard frak sur iNaturalist !

Je vous montre 10 arbres faciles à identifier en hiver.
Le site de Pierre Bédard : https://www.pierrebedard.uqam.ca/bourgeons/identification_bourgeons.html
Mon iNaturalist : https://inaturalist.ca/observations?place_id=any&user_id=renard_frak&verifiable=any
Mon livre gratuit : https://bit.ly/3F3dcgZ

🎉🎅🌲JOYEUSES FÊTES ! 🥳☃️🍺

Posted on 23 December, 2022 19:58 by renard_frak renard_frak | 10 observations | 0 comments | Leave a comment

20 December, 2022

Exploration du boisé 37 de la « forêt » de Pointe-aux-Trembles !

Exploration du boisé 37 de la « forêt » de Pointe-aux-Trembles ! J’en parle dans mon dernier livre aux pages 17 à 20 : https://bit.ly/3F3dcgZ . De magnifiques milieux humides qui se sont purifiés depuis les années 1970 !

Posted on 20 December, 2022 19:30 by renard_frak renard_frak | 4 observations | 0 comments | Leave a comment